fbpx
Vous lisez en ce moment
Retour sur les 30 ans du Montreux Comedy Festival avec Grégoire Furrer

Retour sur les 30 ans du Montreux Comedy Festival avec Grégoire Furrer

Le Montreux Comedy Festival a célébré sa trentième édition du 28 novembre au 7 décembre 2019, une grande première organisée sur dix jours.

Avec un record de billetterie, 128 artistes présents, 7 galas et 12 représentations, le festival ne s’est jamais aussi bien porté. Interview de Grégoire Furrer, fondateur et producteur du Montreux Comedy.

Socialize Magazine : Quel bilan tirez-vous de cette édition 2019?

Grégoire Furrer : Le bilan est exceptionnel ! Pour cette trentième édition, nous avons fait le pari de doubler la durée du festival et de passer de 80 à 128 artistes. Il s’agit d’une énorme progression et le public a été au rendez-vous. Le record affiché par la billetterie est preuve du succès de cette édition.

Quels ont été les moments forts ? Qui vous a surpris cette année? 

Ils ont été nombreux mais je pense principalement aux galas. Premièrement, le gala d’ouverture présenté par Arthus qui s’est illustré par l’excellente cohésion entre les artistes. Le gala de Kev Adams a également marqué les esprits, par l’excellent casting et l’intervention de Stan Wawrinka par exemple. C’était la première fois qu’autant de grandes stars de l’humour étaient réunies. Le gala pour Amazon Prime Video et le gala de clôture font également partie des grands moments de cette édition tant la magie artistique a opéré. Les humoristes ont fait preuve d’une très grande générosité durant leurs prestations.

Kev Adams et Stan Wawrinka | ©LauraGilli

Vous avez récemment annoncé un partenariat avec Juste Pour Rire. Concrètement, que représente-t-il pour les humoristes et pour le public suisse et francophone en général?

Ce partenariat se base sur la volonté des deux plus grands festivals d’humour du monde de créer ensemble de nouveaux produits. L’idée est de mettre en commun notre savoir-faire, de proposer plus de programmes, plus de spectacles et plus de contenus sur les réseaux sociaux. Le partenariat entre Juste Pour Rire et le Montreux Comedy Festival permet de créer un lien transatlantique et d’unir nos voix pour être plus forts et plus crédibles. En tant que producteurs, nous devons avoir une vision mondiale, surtout à l’heure où de nouveaux acteurs comme Netflix ou encore Apple, arrivent à toute vitesse.

Le festival a 30 ans déjà, comment avez-vous vu évoluer le monde de l’humour?

Quand j’ai démarré, l’humour n’était pas un genre à part entière, mais plutôt un sous genre, régional et local. Il y a 30 ans, les artistes ne se déplaçaient pas souvent, même entre la France et la Suisse, et on comptait une dizaine de stars de l’humour comme les Inconnus ou Muriel Robin pour ne citer qu’eux. Aujourd’hui, l’humour est un genre majeur qui s’exprime sur tous les supports, ce qui fait rêver les jeunes. Chaque année, ce sont entre 10 et 30 artistes qui « sortent », avec notamment des révélations québécoises ou encore africaines. Nous devons embrasser cette mondialisation de l’humour et être présent partout avec notre marque. 

« Aujourd’hui, l’humour est un genre majeur qui s’exprime sur tous les supports, ce qui fait rêver les jeunes »

Vous avez lancé l’année dernière le concept « Mon premier Montreux ». Est-ce important pour vous de dénicher des talents et de leur donner leur chance?

Tout à fait, cet état d’esprit a toujours fait partie de l’ADN du Montreux Comedy. J’ai toujours voulu mettre mes découvertes au cœur du spectacle, et pas uniquement en annexe du festival. Le concept « Mon Premier Montreux » est très original car il permet, grâce à notre partenariat avec l’école nationale de l’humour de Montréal, de former et tester ces artistes en devenir. Ils profitent des meilleurs formateurs du monde pour perfectionner leur travail. Les lauréats de « Mon Premier Montreux » gagnent, en quelques semaines seulement, plusieurs années de travail.

Pourquoi l’humour fait vendre selon vous?

L’humour fait vendre dans le sens où aujourd’hui, chaque émission de télévision et de radio a besoin de son chroniqueur-humoriste. L’humour est devenu un art majeur, d’autant plus dans un contexte extrêmement anxiogène.

Pour cette trentième édition, vous avez organisé un gala pour un million d’abonnés sur Youtube. Quelle est la suite prévue pour la marque Montreux Comedy sur le web? Une WebTV? Un podcast?

La WebTV est un concept qui a vécu. Aujourd’hui, Youtube est un canal bien plus puissant que n’importe quelle WebTV. Quant au podcast, nous allons continuer à le développer. Nous avons la chance de compter sur de nombreux artistes apportant un fabuleux contenu. Créer notre propre plateforme, le « Montreux Comedy Play » permettrait à tous nos contenus, passé et présent, d’être centralisés au même endroit. La question de la technologie ne se pose plus : l’enjeu est maintenant de faire connaitre la plateforme et de la monétiser.

©LauraGilli

Cette plateforme vous permettrait de relier votre communauté, peu importe le lieu du spectacle?

C’est une réflexion que nous menons en effet. Nous multiplions les initiatives à l’étranger, là où se trouvent les populations francophones, comme à Abidjan, Dubai ou en Afrique du sud. Nous nous sommes associés à Juste pour Rire car nous voulions créer un évènement à Montréal. Nous avons un projet d’implantation en France, dans le nord de l’Afrique, etc. J’aimerais que le Montreux Comedy possède son rendez-vous mensuel quelque part dans le monde, avec un spectacle délocalisé. Avec notre base de 35 millions de vues par mois et notre marque étant visible 400 millions de fois par an sur les réseaux sociaux, nous avons une vraie chance de réussir.

« J’aimerais que le Montreux Comedy possède son rendez-vous mensuel quelque part dans le monde, avec un spectacle délocalisé »

En 30 ans de Montreux Comedy Festival, vous devez avoir une multitude d’anecdotes. Pouvez-vous en partager une avec nous?

Il est sûr qu‘en coulisses, nous passons par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel (rires). Cette année, ce sont les grèves de la SNCF qui nous ont donné du fil à retordre. 77 personnes ont été impactées par la grève. Pour contrer la situation, l’organisation a été considérable. Nous avons dû organiser des bus spéciaux, aller chercher des artistes à Marseille, les ramener pour qu’ils soient prêts à temps pour leur représentation du lendemain, etc. Dans l’ensemble, sur tout le festival, nous avons effectué 24’000 km et 800 courses!

Y a-t-il des humoristes qui ne sont pas encore venus au Montreux Comedy Festival dont vous rêveriez qu’ils soient têtes d’affiche?

J’aimerais en effet réussir à attirer quelques grandes têtes d’affiche comme Kevin Hart (ndlr : humoriste américain, actuellement à l’affiche de Jumanji 3) par exemple, et organiser chaque année un ou deux gala-s anglophone-s.

Que réservez-vous pour 2020? Une surprise à dévoiler?

Organiser le festival sur dix jours était un pari que nous avons relevé. Nous allons poursuivre avec cette formule pour l’année prochaine et travailler encore plus sur l’originalité des galas. En tant que festival de l’humour numéro un, nous devons rendre des comptes au public qui a des attentes élevées. J’ai mis plus de 25 ans pour que la marque Montreux Comedy soit une référence, nous avons donc aujourd’hui une responsabilité à tenir. Nous avons certes une longueur d’avance sur les nouveaux festivals qui voient le jour, mais nous ne devons pas nous endormir. Nous devons rester exigeants, avec nous-mêmes et avec les artistes. Se produire à Montreux se mérite et quand un artiste monte sur scène, il doit tout donner.

La 31e édition aura lieu de 26 novembre au 5 décembre 2020.

www.montreuxcomedy.com/fr/

Quelle est votre réaction
bof bof
0
Content.e
0
excité.e
0
J'adore
0
Pas fan
0
Aucun commentaire (0)

Laisser un commentaire

Scroll To Top