fbpx
Vous lisez en ce moment
Electron 2018, un festival en pleine mutation

Vous l’attendiez? Et bien la voici la nouvelle formule d’Electron!

Du clubbing, une exposition ponctuée de concerts et de performances, Electron revient en force en ce mois d’avril dans un tout nouveau format: délaissant la période pascale pour s’étendre sur deux week-ends, le festival fait peau neuve dans sa version nocturne et quitte définitivement son pôle traditionnel au centre-ville pour s’installer dans le quartier en pleine mutation des Acacias.

Il y déploiera sa nouvelle mouture dans trois clubs emblématiques de la ville de Genève: le tout nou-veau temple de la musique électronique, Audio, et les institutions genevoises du clubbing que sont La Gravière et le Motel Campo, auxquels il faut rajouter Le Zoo, avec une programmation plus ciblée (Goa & Drum’n’Bass) durant le premier week-end. Seule constante cette année, l’exposition annuelle du festival Electron, qui ouvrira le débat du 5 au 19 avril au Commun.

Exit donc le tentaculaire Electron concentré sur quelques jours, et place à une triangulation de programmation entre trois entités de la scène électronique genevoise, qui façonnent cette année la nouvelle couleur musicale du festival. Si Audio, de par sa capacité, constitue le lieu idéal pour accueillir les plus grosses têtes d’affiche de la scène Techno et House, avec Nina Kraviz en tête de liste, mais aussi Rødhåd, Joris Voorn, Kevin Saunderson ou Detroit Swindle – et une programmation plus audacieuse dans la petite salle –, La Gravière et le Motel Campo réaffirment leur identité musicale tout en l’étoffant pour l’adapter au format de festival. Ces deux dernières salles se sont ainsi aventurées vers des line-ups de plus grande envergure, dans la volonté de convoquer des artistes inédits, qui n’avaient encore, pour une grande partie d’entre eux, jamais joué à Genève: on citera, pour La Gravière, Joy Orbison, DJ habitué du Dekmantel Festival parmi les plus respectés du circuit underground, DJ Seinfeld, porte-drapeau de ce nouveau mouvement qui fait le buzz, la Lo-Fi House, Exos, l’un des DJ les plus vénérés de l’avant-garde Techno, tenu en estime par Nina Kraviz elle-même, ou encore le trio House en pleine ascension, Italo Johnson; pour le Motel Campo, Telephones, fol artiste norvégien de la scène Disco-House, en all night long qui plus est, ou Vincent Neumann, nouvelle coqueluche de la scène Techno underground. Audio accueillera pour la première fois également à Genève le fer de lance de la scène IDM, Floating Points, ou encore l’Islandais Bjarki, ovni signé sur le label de Nina Kraviz.

Cette nouvelle configuration, qui met en exergue la collaboration entre les clubs de ce quartier en devenir, s’inscrit, d’une part, dans la volonté de donner une orientation résolument clubbing et festive à la manifestation, sur un modèle berlinois repensé pour la scène genevoise, et, d’autre part, dans celle de resserrer les liens avec la scène locale, garante d’une diversité nocturne et culturelle désormais reconnue bien au-delà de nos frontières.

La programmation de cette année fait ainsi la part belle au foisonnant vivier local. On mettra en avant le collectif Ozadya, pilier des nuits genevoises, à l’univers trap / baile funk détonnant; le crew Toucankhamon, porte-étendard de la nouvelle scène de House orientale en pleine effervescence; le label Gravitation, prolongation du club de La Gravière, avec des artistes genevois confirmés, à l’instar d’Olivier Kolly, Damien Deroma ou Nemelka; l’agence nouvellement créée d’Electron Unlimited, avec des talents tels La Forêt, Garance, Mimetic ou Opuswerk, lequel vient d’achever une tournée événement en Asie; Pastram, moitié de l’Etabli, qui se produit régulièrement au Tresor ou au Sysiphos à Berlin; ou encore Rive Magenta, collectif hip-hop mêlant musiques africaines et orientales à des sonorités trap très courues par la scène locale.

Pour faire le lien entre les différents lieux de la manifestation, un disco bus circulera du Motel Campo à La Gravière, en faisant également halte à Audio, pour véhiculer les festivaliers d’un lieu à l’autre en toute sécurité et de manière étonnamment festive. Ce bus proposera ainsi une scène off, en marge du festival, qui viendra étoffer l’offre gratuite de la manifestation. En effet, les jeudis 21 et 28 avril, l’entrée au bar d’Audio et à celui de La Gravière sera libre, avec une programmation soignée et originale; un espace extérieur sera également aménagé devant Audio pour proposer un lieu d’accueil en libre accès avec billetterie, animations diverses, stands de nourriture et bois-sons, ainsi qu’une silent party, organisée, entre autres, en collaboration avec Les Amis du Festival Electron.

A nouveau format, nouveau challenge, et celui de cette année aura été de donner une cohérence globale à la programmation, en composant avec les différentes orientations stylistiques et ambitions des clubs, de témoigner de la richesse culturelle et nocturne de Genève et de briguer une affiche inédite, capable de surprendre un public exigeant, aventureux et avide de découvertes. Pari réussi pour l’équipe du festival. Et pour vous? Verdict en avril!

 

Exposition et offre diurne

Si le format nocturne du festival a subi passablement de modifications cette année, l’exposition Electron affirme une nouvelle fois sa différence au Commun, en prémices aux beats nocturnes. Le propos cette année, dans la volonté constante du festival de créer des liens entres les différentes disciplines, envisage d’explorer les dérives du monde de l’art comme modèle réduit de notre société dans l’exposition The Sun Ain’t Gonna Shine Anymore, curatée par Pierre Beloüin et Nicolas Ledoux d’Optical Sound, structure hybride et atypique, furtive et mobile, qui dessine ses propres frontières entre musique expérimentale et art contemporain. Ce sera aussi et ainsi l’occasion de performances diverses, qui rythmeront l’exposition avec workshop, conférences, spectacle de danse et autres concerts-performances, et plus particulière-ment des concerts expérimentaux, témoignant une nouvelle fois de la diversité des propositions du festival.

De conférences, il en sera également question le samedi 28 avril, en collaboration avec l’Ecole Crea à Genève, qui proposera aux artistes d’explorer la communication digitale en lien avec leur statut d’artiste. Enfin, le festival s’associe avec A La Pointe, pour l’ouverture, le samedi 28 avril toujours, de leur buvette associative et culturelle, qui propose, les beaux jours venus, un programmation musicale dans un cadre extérieur idyllique, à la jonction du Rhône et de l’Arve.

Les billets Electron sont disponibles en prélocations sur le site de Starticket.ch.

Durant les deux week-ends du festival, les prélocations sont ouvertes jusqu’à 17h. Ouvertures des caisses durant le festival (billetterie centrale): 22h00Attention, la capacité des salles est limitée.

Si une salle atteint sa capacité maximale, les festivaliers seront redirigés vers les autres scènes.

Quelle est votre réaction
bof bof
0
Content.e
0
excité.e
0
J'adore
0
Pas fan
0
Aucun commentaire (0)

Laisser un commentaire