fbpx
Vous lisez en ce moment
eSports, ce phénomène encore méconnu du grand public

Véritable phénomène en 2016, l’eSports, le sport électronique, se révélera davantage au grand public durant cette année.

Loin de l’imaginaire de l’adolescent féru de jeux vidéo enfermé dans sa chambre, les professionnels de l’eSport se montrent et se «démontent» dans d’énormes arènes, voire dans certains pays directement dans les stades.

Dans sa forme simpliste, le sport électronique peut s’assimiler à toutes les formes de compétitions centrées autour du jeu vidéo. Des milliers de «gamers» ou de simples amateurs viennent assister à ses joutes modernes autour des jeux dont entre autres League of Legends, FIFA, Call of Duty, Rainbow Six: Siege, Hearthstone, Gears of War et Overwatch. Avec des audiences toujours en hausse. En effet, le jeu League of Legends massivement multijoueur (MMO) a déclenché une vague d’enthousiasme. Cette arène de bataille en ligne avale les records d’audience avec un pic de 14,7 millions de spectateurs, en 2016, lors de la finale des derniers championnats du monde organisé à Barcelone. Le nombre cumulé de spectateurs a avoisiné les 43 millions d’internautes. Et tous ces éléments aboutissent une manne financière en forte hausse.

Nombre sont alors les personnalités, sociétés ou franchises sportives à s’intéresser à ce marché intéressant. Dans le domaine du football, différentes équipes ont créé leur section eSport dont notamment le Paris Saint-Germain, le FC Valence, le club anglais West Ham, l’équipe allemande Wolfsburg et tout récemment le club grec Panathinaikos. Outre le football, le monde du basketball s’intéresse également à ce phénomène sociétal. La franchise des Philadelphia 76ers s’est offert une pointure dans le domaine, en acquérant Dignitas, une structure multigaming anglaise créée en 2003 qui possède actuellement des équipes sur League of Legends, Overwatch, Smite, CS:GO et Heroes of the Storm. De son côté, Magic Johnson et Shaquille O’Neal se sont également attachés les services d’équipes prestigieuses. Et forcément en représentant des teams, les gamers doivent porter un maillot.

Flairant le bon coup, Adidas a annoncé son partenariat avec la «Team Vitality», une équipe professionnelle eSports. Dans la foulée des créations d’équipes, les ligues de football en Europe et des opérateurs se sont associés afin de créer des e-championnats. C’est notamment le cas de la LFP (Ligue de football professionnel en France) et Orange qui ont créé une e-Ligue 1. Dans son communiqué, l’opérateur met en évidence qu’Orange est « impliqué depuis quelques temps déjà dans l’eSport. (…) Ce partenariat prévoit la mise à disposition de la fibre Orange pour les joueurs et la médiatisation de la compétition via ses différentes plateformes sociales (liées au football ou à l’eSport)« .

Et le rapport au sport électronique entrera dans une nouvelle dimension en 2017. Des équipes de football et d’autres sports traditionnels avouent vouloir investir dans des teams de gamers. Les spécialistes s’attendent, eux, à une augmentation des spectateurs dans les arènes, et à un développement des compétitions. Cette année sera sans nul doute, l’année de l’envol de l’eSport.

Quelle est votre réaction
bof bof
0
Content.e
0
excité.e
0
J'adore
0
Pas fan
0
Aucun commentaire (0)

Laisser un commentaire