fbpx
Vous lisez en ce moment
Ces bruitages que l’on retrouve partout

En musique, on parle parfois de certains « classiques », que tout un chacun a entendu un jour ou l’autre à la radio. Dans le domaine du bruitage, c’est pareil. Certains sons ont beaucoup « voyagé » et se sont retrouvés dans de nombreuses œuvres, notamment cinématographiques. Nous allons écouter plusieurs bruitages issus des librairies sonores des grands studios Hollywoodiens. Ces échantillons audio sont appelés « stock sounds ». Cela signifie qu’ils sont créés et stockés dans le but d’être utilisés pour diverses productions, par la suite, lorsque le besoin se présente au moment du montage de la bande sonore. Voici 5 exemples.

[thb_gap height= »50″]

The Wilhelm Scream

Ce bruitage est apparu pour la première fois en 1951 dans le western Distant Drums avec Gary Cooper, lorsqu’un des protagonistes se faisait mordre par un alligator. Incorporé à la librairie sonore de Warner Bros, cet échantillon fut baptisé « cri de Wilhelm » après son utilisation dans un second film, lorsqu’un personnage nommé Private Wilhelm, se fit tirer une flèche dans la jambe. La popularité de ce bruitage provint principalement de Ben Burtt (le célèbre sound designer de la saga Star Wars) qui l’incorpora dans nombre de films sur lesquels il a travaillé, dont Star Wars et Indiana Jones. Depuis, ce bruitage est devenu une sorte de tradition parmi les sound designers qui l’ont intégré dans plus de 300 films dont Le Seigneur des Anneaux, Batman, Kill Bill, Toy Story ou James Bond. Ci-dessous une compilation de séquences dans lesquelles le cri a été utilisé (navré pour la qualité de l’image).

[thb_gap height= »20″]
[thb_gap height= »50″]

Le coup de klaxon

Il représente le son le plus reconnaissable et certainement le plus courant d’entre tous. Que ce soit dans un film, une série ou même des habillages radiophoniques (je l’ai moi-même utilisé pour le jingle de l’info-trafic sur une radio pour laquelle je travaille), c’est LE son de klaxon que l’on entend partout ! Prêtez l’oreille la prochaine fois que vous regarderez un film ou une série contenant une scène de rue. Vous l’entendrez forcément une fois ou l’autre.

[thb_gap height= »50″]

The Diddy Laugh

Ce double rire est lui aussi utilisé la majorité des fois où des enfants rigolent ou jouent à l’écran. Il est devenu avec le temps un bruitage incontournable dans les films, mais aussi la publicité ou les séries. Ce son a l’originalité, pour une fois, de ne pas venir du monde du 7e art, mais de celui du jeu vidéo, puisqu’il est tiré du jingle d’introduction du jeu Diddy Kong Racing sur Nintendo 64. Là aussi, prêtez l’oreille devant votre télé et vous l’entendrez certainement dans une scène qui s’y prête.

[thb_gap height= »20″]
[thb_gap height= »50″]

La fireball

Que seraient les films d’action sans de belles explosions? Le bruitage de fireball mentionné ici apparaît aussi bien lorsqu’une boule de feu passe à l’écran que lorsqu’il y a le souffle d’une explosion qui se rapproche. Il a été utilisé dans de nombreuses productions cinématographiques mais également dans certains jeux vidéos comme Doom II.

[thb_gap height= »50″]

La sonnerie de téléphone rotatif oldschool

Ce bruitage n’est plus vraiment d’actualité étant donné qu’il est celui d’un téléphone comme on pouvait en trouver dans les années 70-80. Il fait toutefois partie intégrante de la « culture sonore cinématographique ». Si vous regardez une production de l’époque, ou sensé se dérouler à cette période, il y a de grandes chances pour qu’une scène dans un bureau ou un commissariat fasse appel à ce bruitage. Les nostalgiques peuvent d’ailleurs le choisir comme sonnerie sur leur iPhone puisque celui-ci fait partie des alertes de base du smartphone.

[thb_gap height= »50″]

Mais pourquoi retrouve-t-on ces bruitages aussi souvent? D’une part, peut-être par facilité. Il est parfois plus aisé d’utiliser un son disponible plutôt que d’en créer un nouveau ou de retourner sur le terrain en enregistrer un. On imagine que les délais de production sont parfois tendus et que cette facilité est bien appréciable et salvatrice. D’autre part, il y a aussi le son hommage qui devient un « private joke » comme c’est le cas du cri de Wilhelm que nombre de monteurs audio s’amusent à intégrer en post-production, comme par jeu.

J’espère qu’après cet article votre oreille aura été affutée et que vous arriverez à déceler ces bruitages lors de vos prochaines sessions TV. N’hésitez pas à écrire dans les commentaires les références des œuvres utilisant les bruitages abordés dans cet article.

[thb_gap height= »20″]
Quelle est votre réaction
bof bof
0
Content.e
0
excité.e
0
J'adore
0
Pas fan
0
Aucun commentaire (0)

Laisser un commentaire