fbpx
Vous lisez en ce moment
La cuisine thérapeutique : faites-vous du bien en cuisinant

Personne ou presque n’y échappe. Puisque nous devons manger pour vivre, nous devons forcément cuisiner.

Bien entendu, lorsque l’activité se réalise dans un contexte stressant, il n’est pas évident de prendre du plaisir à la tâche. Pourtant, cuisiner recèle de nombreuses vertus et peut se révéler être un précieux outil dans la gestion du stress, des émotions ou encore dans le domaine des relations humaines.

 

Première règle : pas de règles

La première règle de la cuisine thérapeutique, c’est de ne pas imposer de règles. En effet, l’idée est de permettre au participant de libérer sa créativité et ses émotions au travers de la réalisation de plats… tout droit sortis de son imagination ! C’est donc sans jugement externe qu’il peut laisser place à ses pulsions et exprimer sa personnalité tout en réalisant – pourquoi pas – un travail d’introspection. En effet, l’association particulière de saveurs, la disposition des divers éléments ou encore l’ordre de réalisation des différentes étapes de confection du plat peuvent s’avérer être des éléments révélateurs de la personnalité de l’individu ou d’émotions refoulées. Ces derniers peuvent être observés par un thérapeute ou simplement constatés puis digérés par la personne elle-même, dans un second temps. Aussi, ce n’est que dans un contexte de liberté que ces éléments pourront être exprimés.  Par ailleurs, cuisiner sans recette et sans jugement externe, c’est également se permettre de prendre confiance dans son instinct et de s’auto-valider.

 

Développer ses sens 

La cuisine, ce sont des odeurs, des couleurs, des formes et des textures à associer, goûter et expérimenter sans limites. La cuisine est un art, si l’on prend simplement le temps de s’y atteler.  Cuisiner sans contraintes permet donc de développer sa créativité mais aussi son sens des goûts et des couleurs, de découvrir des associations inédites et, à terme, pourquoi pas de surprendre ses convives par de nouvelles recettes personnalisées.

 

Voir aussi

Donner de la valeur à ce que l’on mange 

Lorsque l’on prend le temps de cuisiner, que l’on s’applique et que l’on s’investit, les aliments prennent une tout autre saveur. En effet, prendre du temps pour faire les choses, quelle que soit l’activité, confère de la valeur au résultat car notre temps est précieux. Si nous l’investissons donc dans la manière dont nous préparons notre nourriture, nous la dégusterons ensuite d’une autre façon. Nous prendrons alors le temps de mesurer notre implication à chaque bouchée. Nous aurons davantage envie de la savourer sachant quel investissement a été fourni. Et peut-être aurons-nous envie de faire partager ce moment et ces efforts fournis à d’autres….

 

Ensemble, c’est mieux

La cuisine thérapeutique, c’est également une activité conviviale permettant de nouer des liens et d’exprimer ses émotions par le biais de sa créativité. Aussi, à l’instar de la première règle du jeu qui est de ne pas imposer de règles et de laisser l’autre exprimer pleinement sa créativité profonde, le non-jugement est également de mise. A l’aide d’un thérapeute, les personnes pourront alors verbaliser ce qu’elles ont souhaité exprimer consciemment au travers du plat réalisé. L’entraide peut également faire partie du jeu, sans pour autant oublier le but premier de donner à chaque personne un espace de liberté et d’expression personnel. En couple, en famille ou entre amis, que l’approche soit clairement thérapeutique ou plutôt récréative, la cuisine thérapeutique vous fera en tous cas vivre un moment de partage et de rires, avec à la clé une récompense certaine : un repas entièrement fait maison et avec cœur à partager.

Quelle est votre réaction
bof bof
0
Content.e
0
excité.e
0
J'adore
0
Pas fan
0
Aucun commentaire (0)

Laisser un commentaire