Music

Gorillaz is back!

Après six ans d’absence Gorillaz est de retour et nous propose une visite de leur Spirit House dans le clip « Saturnz Barz ».

C’était en 1995 que le projet Gorillaz , composé d’une équipe de Zombies, prenait possession de nos télés avec un univers particulier, imaginatif, et un mélange osé de funk, dub, hip-hop, folk et rock. C’est en partageant en colocation le même appartement de Notting Hill que Damon Albarn (leader de Blur et ancien étudiant en arts plastiques) et Jamie Hewlett (dessinateur de BD et comics) laissent libre cours à leur fantaisie pour créer l’aspect visuel d’un groupe au concept innovateur sous tous ses aspects.

En date du 19 janvier, la vidéo intitulée « Hallelujah Money »  – morceau métaphorique qui critique l’Amérique de Trump – signait le grand retour de Gorillaz. Bien que l’album ait été écrit sept mois avant l’élection présidentielle américaine, la victoire de Donald Trump semble avoir changé le sens.

« ON PENSAIT À DONALD TRUMP. ON NE PARLE PAS DU TOUT DE LUI. MAIS ON L’IMAGINAIT DANS CE SENS.
C’ÉTAIT NOTRE SOMBRE, ET MALHEUREUSEMENT C’EST DEVENU NOTRE RÉALITÉ. »

Délivré courant mars en compagnie de l’artiste jamaïcain Popcaan, « Saturnz Barz » introduit pour la première fois la Spirit House sur une pop rock guidée par un riddim reggae. Murdoc, 2D, Russel et Noodle, s’installent dans une maison délabrée et proposent une visite guidée avec un clip en 360° (le clip a battu tous les records de démarrage pour ce format). Et comme ils n’aiment pas faire les choses à moitié, Gorillaz s’est associé avec la société électronique Sonos pour émerger de terre trois Spirit House, deux en Europe (Amsterdam et Berlin) et la troisième à New York. Totalement gratuite, cette expérience immersive dans la réalité virtuelle, a été rendue possible grâce à des espaces bruts étudiés pour ressembler à la maison présentée dans le clip. Chaque pièce mettant en avant une musique ou des installations artistiques spécifiques avec en parallèle des projections.

« Humanz », sorti le 28 avril, fait la part belle à la Black Music s’éloignant un peu de sa particularité made in England. Il comporte pas moins de vingt-et-un morceaux (vingt-six dans la version Deluxe) avec sur la quasi-totalité d’entre eux un invité de marque, qu’il s’agisse de Vince Staple, Mavis Staples, De la Soul, Mos Def, D.R.A.M, ou encore le rappeur Pusha T.

Gorillaz est certainement un des projets les plus originaux de ces dernières décennies.  « Humanz » se veut fédérateur et prend un virage inattendu avec brio, et ce, malgré une certaine nostalgie des précédents tubes tels que « Clint eastwood » ou « Feel Good Inc. ».

Ils nous avaient drôlement manqué !

Comments (0)

Leave a Reply