fbpx
Vous lisez en ce moment
Le froid arrive… réfugiez-vous en Istrie !

Le froid arrive… réfugiez-vous en Istrie !

Ca y est la saison du « je pars au boulot en T-shirt et je reviens avec un rhume » est arrivée !

Un conseil : fuyez tant qu’il est encore temps ! Echappez-vous ! Courrez là où le soleil brille encore pour quelques semaines ! Suivez-moi et dites en chœur « Dobrodošli u Istru » (dobrrrodochli ou Istrrrou) : bienvenue en Istrie !

Votre salut en ce début d’automne, c’est ce petit triangle de terre au nord-ouest de la Croatie. 240km de long entre Trieste et Pula. Vous passez par Piran et Portorož sur le minuscule littoral slovène. Sans oublier Poreč, Rovinj, Vrsar et Brijuni. Après Pula, 240 autres kilomètres vous emmènent à Rijeka par l’Istrie orientale, plus secrète.

© Markus Bernet
© Markus Bernet

 

L’Istrie, c’est l’Europe à elle toute seule

Depuis l’Antiquité tout le monde se l’arrache. Les Grecs d’abord, les Romains ensuite, puis les Vénitiens, les Austro-Hongrois, les Yougoslaves… bref, si depuis près de 2000 ans, tout le monde veut venir en Istrie, c’est bien qu’il y a une bonne raison ! Et cette raison, en plein mois de septembre, c’est le climat.

 

20° au réveil, 27° l’après-midi

L’Istrie, en arrière-saison, c’est le paradis. C’est à ce moment-là que vous profiterez au mieux du climat méditerranéen de la péninsule. Aucun touriste sur les plages, dans les caves, dans les restaurants ou les bars d’hôtels.

« S’il n’y a pas de touristes, c’est que tout est fermé ? » me direz-vous. C’est là que vous avez tort. L’arrière-saison dure jusqu’au 15-20 octobre en Istrie. Tout est ouvert comme en plein mois de juillet … mais tout est moins cher et moins surpeuplé. Même le soleil fait des promos : au lieu des 35° qui vous assomment en plein été, vous profitez maintenant de 27° et de la douceur d’un après-midi à se prélasser sur un transat. L’Istrie, fin septembre-début octobre, c’est le paradis je vous dis !

 

Rovinj, l’immanquable

L’Istrie se visite sous un parasol ou alors avec une paire de bonnes chaussures au pied. La péninsule est coupée en deux : sur la côte, une myriade de petites criques et de plages de galets ; et à l’intérieur des terres, des vignes, des collines et des forêts de pins.

Au milieu de tout cela, le patrimoine bâti de l’Istrie. Toutes les villes respirent l’Histoire et les multiples influences et colonisations du passé. Si vous ne deviez retenir qu’un seul exemple de l’urbanisme istrien, partez découvrir Rovinj !

 

Une presqu’ile aux avant-postes de l’Istrie occidentale

Rovinj est dominée par la somptueuse cathédrale Ste Euphémie (Crkva Svete Eufemije) qui trône au milieu de la vieille ville comme le campanile au milieu de Venise. Rovinj est d’ailleurs la cousine de la cité vénitienne. Au XVIè siècle, les deux villes s’associent et se partagent le commerce dans l’Adriatique nord avant que Venise ne fasse de Rovinj sa vassale et ne l’utilise guère plus que pour ses carrières de pierre. L’Histoire a façonné Rovinj. L’explosion démographique au XVIè-XVIIè siècle a forcé les habitants à conquérir de nouvelles terres sur la mer et tout cela a conduit à l’architecture si spéciale de Rovinj : les maisons s’entassent et trouvent de la place au sec là où elles le peuvent. Cet urbanisme permet aujourd’hui de déambuler sereinement, à l’ombre des bâtiments, une glace ou une pizza à la main … parce que Rovinj, comme l’Istrie, c’est un peu l’Italie !

 

A voir : le port, la cathédrale, les plages alentours, les boutiques de la vieille ville, etc.

A voir alentours :
Canal de Lème (Limski kanal), Poreč, Vrsar, et Piran, dans le même genre mais sur la côte slovène.

 

La pointe sud de l’Istrie, le bout du triangle

Rovinj est sans conteste la perle de l’Istrie, mais Pula vaut aussi le détour si vous êtes un passionné d’Histoire.

C’est LA grande ville istrienne avec 60.000 habitants. Autant vous prévenir tout de suite, elle n’a pas le charme de toutes ses voisines. Les rues sont parfois sales, les bâtiments assez vieillissants et le port qui dessert Venise et les îles du Kvarner fait office de somptueuse verrue dans le paysage. Mais pour autant Pula a un atout : son amphithéâtre romain. Remarquablement conservé, il permet de mesurer la grandeur de l’Empire romain et même d’apprécier l’acoustique parfaite du lieu lors d’un concert de musique classique ou de pop… pour autant que vous ne soyez pas trop regardant sur le confort des sièges en pierre !

Si le centre de Pula ne mérite pas plus de quelques heures, le Sud de l’Istrie peut justifier à lui tout seul le séjour

C’est là que vous trouverez les plus jolies criques. De Pula à Rabac, sur la côte est, le littoral est tourmenté, découpé, grignoté. Impossible de ne pas trouver une petite plage quasiment privative pour vous prélasser. Le mieux, c’est à la pointe de l’Istrie que vous le trouverez, au cap Kamenjak (payant). Laissez votre voiture à Premantura, enfourchez un vélo et baladez-vous dans la forêt de pin à la recherche de votre crique idéale.

 

Pour les plus fainéants, la plage de Medulin saura aussi vous séduire

Une baie de sable fin où l’on peut marcher avec de l’eau jusqu’à la taille sur 50m… à condition de faire abstraction des attrapes-touristes et autres niaiseries en vente un peu partout et qui gâchent souvent le paysage !

 

Brijuni, de Tito au zoo

Enfin, si vous êtes allergique à la farniente et que vous préférez coûte que coûte visiter la région, alors prenez le bateau à Fažana et faites un tour sur l’archipel de Brijuni. Haut lieu du tourisme à l’époque yougoslave, c’était la résidence secondaire de Tito, dirigeant du pays entre 1953 et 1980. Il y a même fait construire un petit zoo. L’archipel se visite sans voiture et regorge de belles plages.

 

L’Istrie, ça se déguste !

La péninsule est une terre de vin, l’une des principales régions viticoles de la Croatie. Le blanc est ici roi avec un cépage maison : le Malvoisie d’Istrie (Istarska Malvazija). Toutefois, les viticulteurs savent aussi se diversifier et l’on trouve des vins rouges de qualité : merlot, cabernet sauvignon, teran, refošk.

 

Cochon grillé et « medica »

Pour accompagner votre breuvage, les fruits de mers sont légions en Istrie. Les spécialités balkaniques aussi : čevapi, burek, fuži, fritule, etc. Mais si vous allez sur la péninsule en pleine saison, vous n’avez aucune chance d’échapper au cochon grillé ! A chaque virage, dans chaque village, vous verrez un cochon ou deux rôtir patiemment à la broche. Le cochon grillé est une véritable spécialité locale et c’est un délice !

Toutefois, avant d’aller vous coucher, laissez-vous aller et goûtez la medica, la liqueur de miel. Là encore une spécialité locale qui viendra brûler les graisses du cochon et vous permettra de passer une bonne nuit malgré les abus culinaires du soir !

Pour goûter les meilleures spécialités locales à Pula : Kod Kadre et Gardelin

 

Où dormir en Istrie ?

La péninsule étant extrêmement touristique, les offres d’hébergements ne manquent pas. Il y a en a pour tous les goûts et tous les budgets.

 

L’Istrie n’est pas chère, alors autant se faire plaisir

Je vous conseille vivement le Park Plaza Histria à Pula. Un resort 4* avec plage privée, deux piscines, trois bars à cocktails et deux restaurants. Il se situe sur la presqu’île de Verudela, juste à la sortie de Pula. Le resort est essentiellement peuplé d’adultes, donc calme et très loin de l’ambiance des clubs de la Méditerranée. Les chambres sont grandes et confortables, le personnel serviable et la presqu’île somptueuse avec ses criques et ses plages de galets. Un endroit idéal pour séjourner et/ou rayonner au sud de l’Istrie.

 

Comment se rendre en Istrie ?

L’aéroport de Pula sera votre base. Il est desservi par Edelweiss et Croatia Airlines  depuis Zurich. Comptez 1h45 de vol environ. L’aéroport est ensuite à 10mn de Pula, 20mn du Park Plaza Histria et 35mn de Rovinj.

L’Istrie est également bien desservie par le réseau autoroutier. Depuis Lausanne, comptez environ 9h de route pour rejoindre le sud de la péninsule. L’occasion de faire une escale en Italie, à Vérone, Bergame ou Venise. Et si vous avez encore un peu plus de temps pour venir, faites un détour par Ljubljana en Slovénie !

Quelle est votre réaction
bof bof
0
Content.e
0
excité.e
0
J'adore
0
Pas fan
0
Aucun commentaire (0)

Laisser un commentaire

© 2020 SOCIALIZE MAGAZINE. Socialize® est une marque déposée appartenant à Elitia Group Sàrl.
Scroll To Top