fbpx
Vous lisez en ce moment
Pourquoi la musique c’est mieux quand c’est plus fort ?

Le volume sonore fait souvent débat dans les lieux qui diffusent de la musique : restaurants, bars, clubs, salles de concert ou festivals openair.

Assourdissant et désagréable pour certains jamais assez fort pour d’autres, force est de constater que, généralement, le niveau est plutôt élevé. Cela peut devenir dérangeant lorsqu’on désire discuter avec des amis dans un restaurant, mais parfaitement adapté à un club ou à un festival.


S’en prendre plein la gueule

Lors d’un concert, on n’est pas là pour discuter et on aime généralement s’en prendre plein la gueule ! Projections, lightshow, prestation des musiciens, l’expérience se doit d’être intense pour le spectateur! Le volume sonore n’y est pas étranger. A fort niveau, la musique n’est plus seulement entendue mais également ressentie physiquement. Sachez que nous n’entendons pas qu’avec nos oreilles. En effet, les ondes sonores font vibrer notre peau et nos os. Les basses fréquences résonnent dans le bas de notre corps, les moyennes au niveau du thorax et les hautes fréquences dans la tête. C’est pourquoi, lorsque le volume est élevé (et diffusé sur une sonorisation qui se respecte), le corps entier résonne sous l’impulsion de la musique. Et il faut l’admettre, ça le fait et nous donne envie de nous trémousser de plus belle jusqu’au bout de la nuit!


Les normes légales

Pour prévenir une ascension dangereuse des volumes, des normes légales ont été établies. Ainsi, si lors d’un contrôle de l’Office fédéral de la santé publique, la musique dépasse un niveau moyen de 100dB (valeur maximum tolérée), l’organisateur pourra se retrouver amendé. Car il faut le dire, écouter de la musique fort et longtemps, c’est dangereux, car ça fatigue les oreilles. Ainsi, à un volume de 100dB, celle-ci « résiste » pendant environ 15 minutes avant de risquer des dommages parfois irréversibles. En effet, une exposition prolongée à de forts niveaux peut mener petit à petit à une perte de l’audition ou à l’apparition d’acouphènes.


Protégez-vous !

Je ne voudrais pas paraître moralisateur mais je ne peux toutefois que vous conseiller de prendre soin de vos oreilles et de les protéger. Vous n’en avez que deux et contrairement aux yeux qui peuvent être opérés pour corriger un défaut de myopie par exemple, il n’existe encore aucune opération permettant de recouvrer une ouïe perdue. Ne vous approchez pas trop des haut-parleurs et faites si possible usages de boules quiès ou de pamirs (casque de protection de l’ouie) pour les enfants en bas âge qui ont une ouïe beaucoup plus fine que la nôtre.

Il n’est pas toujours agréable d’écouter un concert avec ces tampons dans les oreilles, je vous l’accorde, d’autant plus que ceux-ci, coupant principalement les hautes fréquences (les plus désagréables), nous font entendre un son beaucoup plus étouffé et moins détaillé. Et quand on vient voir son artiste favori sur scène, on ne désire pas en perdre une miette, surtout pas au niveau des oreilles !

Il existe une belle alternative puisqu’il est possible de se protéger sans altérer ce que l’on entend. Ainsi, pour 35€, vous pouvez obtenir des protections confortables, discrètes et qui tiennent bien aux oreilles, comme le modèle MK4 de chez Alvis Audio par exemple. Ce type de protection permet de réduire le niveau perçu par les oreilles de 10, 20 voir plus de 30dB sans en altérer le contenu fréquentiel. En résumé, vous entendrez la musique parfaitement mais à un niveau beaucoup plus supportable, voire agréable sur du long terme.

Pour les plus fortunés d’entre vous, il est même possible de les faire mouler sur ses propres oreilles pour un confort maximal.

Sur ces bonnes paroles, sortez couverts de partout et bons festivals !

Quelle est votre réaction
bof bof
0
Content.e
0
excité.e
0
J'adore
0
Pas fan
0
Aucun commentaire (0)

Laisser un commentaire