fbpx
Vous lisez en ce moment
« La nomophobie », la phobie des addicts aux Smartphones !

Depuis quelques semaines, on entend ce mot étrange revenir dans les conversations. On discute météo, de notre prise de conscience vis-à-vis de notre consommation de viande et finalement la plupart des connectés arrivent à l’étape « nomophobie ».

Lorsqu’ils prononcent ou entendent ce mot, c’est un mélange de peur, de tristesse et une crispation de la mâchoire (à en rendre leur joue aussi volumineuse que celle d’un hamster) qu’on peut lire sur leur visage. « Tu penses être accro toi ? » la question fatidique qui amplifie les premières réactions.

[thb_gap height= »20″]

Mais accro à quoi ?

Tout d’abord, le mot  « nomophobie » est, à l’origine, une contraction de différents termes de la langue de Shakespeare : « no mobile-phone phobia ». C’est-à-dire la peur de perdre son Smartphone, de l’oublier dans le train, de l’égarer lors de notre visite quotidienne (ou annuelle) à la salle de sport ou encore de ne plus le retrouver dans notre sac.

[thb_gap height= »20″]

Deux théories existent sur le sujet

La première affirme qu’en considérant notre portable comme plus qu’un simple objet de notre quotidien, nous lui avons donné, une place de premier choix dans notre vie. Des spécialistes interprètent cette peur comme la crainte de la solitude. Pour eux, cette « addiction » aurait un effet tranquillisant sur la personne. Un sentiment de contrôle et de lien avec l’entourage.

D’autres experts en sont moins convaincus et estiment que la « nomophobie » est tout simplement une phobie inventée de toute pièce. Etre déstabilisé lorsque notre Smartphone ne nous accompagne pas est normal. En effet, il ne faut pas oublier que ces petits appareils contiennent une bonne partie de notre vie ou des éléments qui la facilitent. Sans lui, nous nous retrouvons dans l’impossibilité (dans l’immédiat)  de retrouver nos contacts et de les contacter, de gérer notre agenda, nos e-mails et d’accéder aux albums photos de nos dernières vacances, utiles pour meubler les conversations après le passage « nomophobie ».

[thb_gap height= »20″]

Keep Calm

Toute personne connectée semble être un peu, beaucoup, énormément « affectée » par ce nouveau mal…  A vous de vous demander si vous êtes réellement à un stade de dépendance. Entre nous, qui n’a jamais subit les LAMENTATIONS de son conjoint ou d’un quelconque proche…

« Mais lâche ce téléphone »

« Tu passes plus de temps sur ton portable qu’avec moi »

Quantifiez cela et prenez le temps de lâcher votre portable lorsque vous êtes entouré-e. Trouvez un juste milieu, ce n’est rien d’alarmant… 😉

[thb_gap height= »20″]

A chacun sa philosophie :

On fuit la vie réelle en étant hyper-connecté, mais on la fuit également en évitant son Smartphone.

Quelle est votre réaction
bof bof
0
Content.e
0
excité.e
0
J'adore
0
Pas fan
0
Aucun commentaire (0)

Laisser un commentaire