fbpx
Vous lisez en ce moment
Piscines de couleurs, Adrien Jutard

Adrien Jutard est une planète à lui tout seul. Il est plasticien plutôt que peintre. Son idée fixe : la couleur.

Coup de cœur pour les compositions acidulées de cet artiste franco-suisse, un prolongement de l’été à l’infini.

 

Plongeon dans l’expressionisme abstrait d’Adrien Jutard

Dans ses peintures, Adrien Jutard nous parle librement et abondamment de couleurs, qui sont le point d’orgue de ses préoccupations esthétiques. Sa peinture n’est presque jamais figurative, malgré les nombreux paysages ou personnages qu’on peut y repérer si on s’amuse au jeu des « formes dans les nuages ». Le travail quasi-obsessionnel de la couleur est sa marque de fabrique. Mais on ne peut pas dire qu’elle soit son seul et unique moyen d’expression : il existe chez Jutard une certaine forme de recherche géométrique, notamment dans ses séries noire et blanche (2005-2010) et encore visible aujourd’hui dans l’installation Numérus Clausus (Illustration 1) ou bien dans ses sculptures totémiques ondulées (Illustration 4). Oui, Jutard exprime son génie au travers de sa maîtrise des couleurs (Illustration 2, 3), mais son œil avisé de dessinateur permet l’équilibre et nous évite la noyade dans des bains sans nuances, sans relief, sans profondeur.  Son travail est un genre de chaos de couleurs avec des marques accidentelles graphiques. Dans un souci d’équilibre constant, l’art abstrait que propose Jutard est le fruit d’un travail de composition précis, rigoureux et lent. Le parcours de l’artiste part du dessin pour aller vers la couleur, qu’il exploite en tableau ou en sculpture. Jusqu’au moindre détail de facture, on ressent très fortement qu’Adrien Jutard est bien plus qu’un excellent « coloriste ».

ILLUSTRATION 1. Numérus Clausus, Installation, 2016

 

Dompteur de pigments purs et super laques

Bleu de Cobalt ou de Prusse, Jaune de Cadmium, violet d’outremer… Jutard travaille des pigments de couleurs en poudre d’une pureté maximale avec différents solvants. Ce mélange de peinture liquide prend vie non pas sur une toile de lin ou de coton (absorbantes) mais sur des panneaux d’aluminium laqués, capturant et conservant ainsi tout l’éclat originel de la couleur.

Son truc en plus, c’est la brillance. Jutard utilise une technique de fixation qui lui est propre: il laque ses tableaux avec des couches de résines epoxy successives et transparentes (les mêmes qui servent à vernir les planches de surf) pour obtenir un effet final miroitant et imperméable. Jutard reproduit l’opération plusieurs fois, les couleurs se superposent et sont emprisonnées dans la matière, comme fixées à leur état liquide originel. C’est comme si la couleur ne séchait jamais, car elle est capturée par la résine dans son moment « liquide ». Le tableau gagne en épaisseur et luit comme un lac gelé.

Les compositions de Jutard sont difficiles à photographier à cause de ces reflets ultra-brillants à effet miroir. Il est difficile d’être ému sur photo alors qu’il est bien facile de l’être en face à face. 

ILLUSTRATION 2 – Sans titre – 125cm x 150 cm / 2012.

  

Contemplation

« Je souhaite que l’art soit source de contemplation. »
Adrien Jutard.

« On se sert des couleurs, mais on peint avec le sentiment. »
Jean Siméon Chardin.

 

Chaque tableau est un ensemble nébuleux et graphique, avec des lignes tortueuses. Chacun y interprètera ce que bon lui semble. Mais il est juste de dire qu’un tableau de Jutard est une expérience sensorielle en soi. Elle vous prend comme une vague, vous emmène, vous énergise.

Jutard est l’alchimiste de la matière brute. Ses compositions sont organiques, vibrantes, incarnées, lumineuses et souvent méditatives.  Il y a une présence dans ses tableaux, indubitablement. Le résultat ressemble au personnage : des œuvres sensibles et intenses. Ses grands formats vous paraitront des fictions poétiques, presque chamaniques. Passez du temps en face d’un tableau de Jutard et vous comprendrez ce qu’est la température des couleurs. Notre regard de spectateur glisse sur certaines couleurs, trébuche sur d’autres, s’arrête sur un détail, plonge littéralement dans la profondeur de la peinture. Des tons plus doux, plus sucrés, plus féminin, aux tons plus vifs, plus affirmés, plus puissants… Des lumières explosives qui contrastent à merveille avec le blanc virginal de nos murs.

ILLUSTRATION 3 – Sans titre – 125 cm x 150 cm / 2014-2016.

 

L’amour universel

Il se trouve que le travail de Jutard est doté d’une puissance universelle et touche un très large public. Du collectionneur avisé aux néophytes, tout le monde y trouve son compte. C’est un travail artistique qui met tout le monde d’accord, un catalyseur de beauté, une poésie murale.

Si certains collectionneurs sont prêts à dépenser des sommes astronomiques pour posséder des tableaux de Grands Maîtres, la vraie force de l’art contemporain de Jutard sont ses prix raisonnables.

Adrien mérite d’être suivi dans toutes ses créations futures. Retrouvez certaines de ces œuvres sur son site : http://www.jutard.ch.

ILLUSTRATION 4 – La robe de la curatrice, Installation, 2016.

  

Note sur l’artiste

Né en 1979 en Auvergne, marié et père d’une petite fille, Adrien Jutard vit à trente minutes de Bâle, dans la commune suisse du canton de Soleure, Dornach. Après des études à Clermont-Ferrand et Lyon, il est diplômé de l’Ecole supérieure des Arts décoratifs de Strasbourg.  Adrien Jutard est un peintre, graveur, sculpteur établit dans la région bâloise et investit dans la scène artistique locale.

 

Note bibliographique

Se référer au livre Yves Guignard (et al.), Adrien Jutard : « Superfaces », Lausanne : Le Cabanon 2016.

Quelle est votre réaction
bof bof
0
Content.e
0
excité.e
0
J'adore
0
Pas fan
0
Aucun commentaire (0)

Laisser un commentaire