fbpx
Vous lisez en ce moment
Red Bull Cliff Diving – Des acrobaties à couper le souffle à Sisikon

Des acrobaties à couper le souffle à Sisikon, lors de la première journée de compétition du Red Bull Cliff Diving World Series !

Après 2009 et 2010, Sisikon reçoit pour la troisième fois le Red Bull Cliff Diving World Tour. Le 4 et 5 août dernier, c’est sous un superbe ciel d’été que les athlètes se sont jetés de 27 mètres de haut dans le lac des Quatre-Cantons en déployant habileté et force acrobaties lors des 1ère et 2e manches.

Ils pivotent dans les airs pendant près de 3 secondes et plongent dans l’eau à une vitesse pouvant atteindre les 85 km/h. Pour la première fois en Suisse, l’élite féminine est également en compétition, tout comme Matthias Appenzeller, le seul Suisse en lice. Des milliers de spectateurs se sont rendus à Sisikon, afin d’assister à cet événement depuis la terre ferme ou l’eau, depuis leur bateau, sur des matelas pneumatiques et des stand up paddles.

 

Gary Hunt une nouvelle fois vainqueur dans les eaux de Guillaume Tell

Sous un ciel de carte postale, le Red Bull Cliff Diving World Series est revenu à Sisikon après huit ans d’absence. Chez les messieurs, le Britannique Gary Hunt a remporté la victoire devant près de 8’200 spectateurs arrivés en train, en bateau, sur des planches de surf ou des matelas pneumatiques. C’est la Canadienne Lysanne Richard qui a gagné le premier concours féminin en Suisse. À la surprise générale, l’étudiant en droit Matthias Appenzeller – le seul Suisse de la compétition grâce à sa wild card – s’est attribué une solide 10e place.

C’est une wild card qui a permis au plongeur de haut vol zurichois de 24 ans de faire ses débuts dans le Red Bull Cliff Diving World Series : « C’est un décor absolument époustouflant et j’ai pris mon pied ! ». Il s’est déclaré très satisfait, malgré la nervosité initiale, et a souligné tout le soutien reçu du public local : « Incroyable. Beaucoup de mes amis sont ici. C’est un rêve qui se réalise ! ».

En plein dans le mille Monsieur Hunt – pour la deuxième fois à Sisikon
Après des difficultés d’ordre mental en début de saison, Gary Hunt, 34 ans, six fois champion, s’est présenté en pleine forme et – comme en 2010 – a remporté la victoire à Sisikon, sa première en 11 mois. « Ça, c’était le Gary 2.0. J’ai travaillé dur et je suis content d’être à nouveau en tête. C’est l’un de mes endroits préférés », a-t-il affirmé, débordant d’éloges pour le public de Suisse centrale.

Derrière ce brillant britannique, l’actuel champion, le Mexicain Jonathan Paredes, s’est octroyé la deuxième place, alors que l’Américain Andy Jones complète le podium.

Chez les femmes, c’est la Canadienne Lysanne Richard qui a remporté la compétition après avoir manqué toute la saison 2017 à cause d’une blessure au cou. Sur la deuxième marche est montée la recordwoman australienne et deux fois tenante du titre Rhiannan Iffland, arrivée avant la Britannique Jessica Macaulay, la grande surprise de la saison.

L’Allemande Anna Bader ne se sentait pas tout à fait prête, aussi peu de temps après s’être blessée, et s’est donc retirée de la compétition après la première manche.

 

Tous sur le pont

Après 2009 et 2010, la commune uranaise de 300 âmes a accueilli pour la troisième fois l’élite mondiale des plongeurs de haut vol dans un décor alpin que des mois d’effort commun ont transformé en une scène parfaite pour ces plongeons époustouflants de 27 mètres de haut.

« Je n’arrive pas à y croire ! Nous sommes extrêmement fiers d’avoir été choisis une fois de plus comme site pour cet événement », déclare Adrian Scheiber, président du comité organisateur communal local. À sa plus grande joie, le public s’est déplacé en masse en ce week-end caniculaire. Dix mille fans et plus ont afflué sur la terre ferme et sur l’eau pour les deux jours de compétition sur le lac des Quatre-Cantons qui s’est déroulée dans une atmosphère extraordinaire. Alors que les athlètes se jetaient aujourd’hui dans les eaux bleu azur en face de la prairie du Grütli devant des spectateurs au coude à coude, ce lieu d’importance historique – non loin du légendaire saut de Guillaume Tell – s’est retrouvé une fois encore au centre de l’attention d’un large public.

 

Le berceau de la Suisse dans la vitrine du monde

Falaises majestueuses, fleuves, gorges, ponts de pierre, ports de plaisance la nuit et jusqu’à cet idyllique paysage alpin, ce sont pas moins de 80 lieux de compétition dans 25 pays partout dans le monde qui ont servi de décor fantastique aux Red Bull Cliff Diving World Series tout au long de leurs près de 10 ans d’existence.

Après l’étape suisse, la saison 2018 se poursuit avec des compétitions à Copenhague (DEN) et Mostar (BIH), avant la grande finale le 23 septembre à Polignano a Mare en Italie.

Quelle est votre réaction
bof bof
0
Content.e
0
excité.e
0
J'adore
0
Pas fan
0
Aucun commentaire (0)

Laisser un commentaire