fbpx
Vous lisez en ce moment
Journées mondiales sans téléphone : nos conseils pour décrocher !

La 20e édition des journées mondiales sans téléphone se déroule cette année du 3 au 9 février !

Un challenge qui semble aujourd’hui difficile à relever, mais qui permet, toutefois, une réflexion sur cet outil de communication omniprésent dans toutes les facettes de notre vie.

Les journées mondiales sans téléphone sont l’occasion de faire le point sur le rapport que nous entretenons avec nos chers smartphones.

  

Un Suisse sur deux estime qu’il passe trop de temps sur son smartphone

Vous avez certainement déjà reçu cette fameuse notification : « Votre temps d’écran moyen par jour cette semaine s’élève à 3h 37 min ». Multiplié par sept, cela représente l’équivalent d’une journée complète passée sur son téléphone par semaine. Ce petit message qui s’affiche sur notre écran agit alors comme une véritable piqûre de rappel sur la place toujours plus importante que nous accordons aux téléphones portables dans notre quotidien.

Selon une étude menée par Deloitte en 2018*, un Suisse sur deux estime passer trop de temps sur son smartphone. L’utilisation d’un mobile aurait un impact négatif sur les interactions personnelles à la maison pour 15% des interrogés, mais également sur l’heure du coucher le soir. Plus de quatre cinquièmes des personnes interrogées reconnaissent utiliser leur téléphone de façon excessive. Près d’un quart des personnes interrogées déclarent même qu’elles ressentent constamment le besoin de regarder leur smartphone.

 

De nouvelles phobies en lien avec son téléphone

Ce besoin irrépressible de toujours avoir son téléphone à portée de soi peut être mis en lien avec le syndrome Fear Of Missing Out, aussi connu sous l’acronyme FOMO, qui est la peur de manquer une information importante. Cette anxiété a notamment été amplifiée avec les smartphones et les médias sociaux qui offrent un accès facilité à une multitude d’informations.

Ainsi, l’idée de devoir se séparer, ne serait-ce qu’une journée, de son téléphone peut représenter une réelle source d’angoisse pour certaines personnes. Cette peur a aujourd’hui un nom : la nomophobie. Élu mot de l’année en 2018 par le Cambridge Dictionary, la nomophobie est un mot composé qui vient de l’anglais « no mobile phone phobia » qui est défini comme « la peur ou l’inquiétude de ne pas avoir accès à son téléphone portable ».

Nos astuces pour « décrocher »

Entretenir une relation saine avec son téléphone passe par des gestes simples à adopter au quotidien.

  • Premièrement, on désactive toutes les notifications et on active le mode silencieux. Ces petits pop-up qui apparaissent constamment sur nos écrans attirent notre regard et sont source de distraction.
  • On supprime les applications que l’on utilise uniquement pour passer le temps et qui ne nous apportent aucune plus-value. Les applications de médias sociaux telles que Facebook, Instagram ou encore TikTok sont conçues de manière à retenir le plus longtemps possible l’utilisateur. Ainsi, lorsque vous faites défiler le flux d’actualités, de nouvelles informations apparaissent constamment et accaparent toute votre attention. Supprimez ces applications et connectez-vous directement depuis le navigateur web de votre mobile. Vous verrez le temps passé sur votre téléphone diminuer de moitié !
  • Une technique approuvée par Tristan Harris, ex-ingénieur Google et fondateur du Center Humane Technology, est de passer son écran en noir et blanc. Votre téléphone vous paraîtra de suite moins attrayant sans toutes ces couleurs et devrait rester loin de vos mains !
  • On pense aussi à s’imposer du temps sans écran, comme par exemple le laisser de côté deux heures avant de se coucher, ce qui bénéficiera également à la qualité de votre sommeil. Lorsque l’on est à la maison, on le laisse dans une autre pièce afin de ne pas être tenté de l’utiliser.
  • Lors de repas entre amis ou en famille, on pose tous les téléphones au milieu de table. Le premier qui craque paie l’addition, dissuasion assurée !
  • Une course rapide à faire ? On laisse son téléphone à la maison ! Dans les transports publics, on privilégie un bon bouquin à Facebook ou Instagram!

 

Et au travail ?

Le smartphone rend la frontière entre temps libre et travail plus fine que jamais. Toujours selon l’enquête de Deloitte 2018*, un suisse sur dix seulement n’utilise pas son téléphone mobile à des fins privées durant ses heures de travail et à des fins professionnelles pendant son congé.

Dans le cadre du travail, il est dès lors important de l’utiliser d’une manière responsable et de limiter son usage pour les messages personnels. Les différentes astuces mentionnées plus haut s’appliquent également ici.

  • On laisse son téléphone portable dans son sac et on s’autorise à le regarder uniquement durant les pauses.
  • Autre solution, on active le mode nuit, disponible sur certain appareil, afin que les appels et notification soient sous silencieux.
  • Si vous êtes plusieurs dans le bureau, pourquoi ne pas instaurer une petite règle : le premier qui regarde son téléphone, hors temps de pause, apporte les croissants le lendemain !

Et si vraiment aucune de ces astuces ne fonctionne pour vous, optez pour la prison à smartphone, efficacité au rendez-vous !


* L’enquête complète de Deloitte sur l’usage du smartphone en Suisse est à retrouver en cliquant ici.

Quelle est votre réaction
bof bof
0
Content.e
0
excité.e
0
J'adore
1
Pas fan
0
Aucun commentaire (0)

Laisser un commentaire

Scroll To Top